L’inconscient Collectif : 2 blaireaux hallucinés
09/11/2017

Installation participative présenté lors de l'exposition *Qu'est-ce que je veux dire ? Euh. Qu'est-ce que je peux dire ?* à *A Balzac A Rodin*.

Un petit vidéoprojecteur posé sur un trépied projette l'image de deux blaireaux qui discutent, il semble qu'ils soient sous l'influence de drogues, ils tentent de communiquer avec le spectateur, mais cela semble peine perdu.

L'adolescence à la recherche de ses limites, le temps qui défile n'a pas d'emprise, seul le désir de nouveauté et de reconnaissance seront moteur.


L’inconscient Collectif : Scénario pour 7 spectateurs
06/10/2017

Performance lors de la soirée événement Le bruit des choses oubliées proposé par Aziyadé Baudouin Talec, au Centre d’Art contemporain La Traverse à Alfortville.
durée : 20 minutes

Quel est le terme approprié aux personnes venant voir une performance ; spectateur, pour l'aspect spectaculaire ; public, pour ne pas prendre de risque ; visiteur, qui a pour vocation de repartir ; auditeur/écouteur ou regardant/regardeur, qui délimite bien leur fonctions ; il y a aussi curieux, pour donner un peu d’excentricité ou bien ; témoin, qui est là pour constater. Il est évident, que dans une société marchande, celui qui "fait" de celui qui "utilise" doit être bien séparé ; il y a celui qui gagne l'argent et celui qui dépense.

Freinet écrivait en 1964 dans ses invariants pédagogiques :

« La voie normale de l’acquisition n’est nullement l’observation, l’explication et la démonstration, processus essentiel de l’École, mais le tâtonnement expérimental, démarche naturelle et universelle ».
« Les acquisitions ne se font pas comme l’on croit parfois, par l’étude des règles et des lois, mais par l’expérience. Étudier d’abord ces règles et ces lois, en français, en art, en mathématiques, en sciences, c’est placer la charrue devant les bœufs. »

Si — La pédagogie active a pour objectif de rendre la personne acteur de ses apprentissages, afin qu'il construise ses savoirs à travers des situations de recherche. — il est peut être une voie qui propose aux témoins de s’émanciper de leur passivités.






L’inconscient Collectif : Tie kaj nun
16/07/2017

Performance à la galerie Thaddaeus Ropac lors du Salon de la Jeune Création 67.
durée : 30min

Tie kaj nun est une déclaration simple en espéranto, elle appelle la notion intrinsèque de la performance.
Il y avait une construction physique, il y avait un dialogue à comprendre et une histoire de cabane dans les bois.

Encore une tentative d'activer le spectateur, de secouer cette arbuste qui n'a de cesse de vouloir être nourri de blague et d'excitation. Mais la confusion empêche la réalisation, j'en ai trop fait mais cela fera office d'index, tout est là, il faut juste lire entre les lignes. Peut être faudrait-il simplifier de plus en plus ? Pourtant c'est si riche (et non complexe), et à faire des raccourcis de raccourcis, il n'y plus rien d'intelligible a retenir, c'est ça le problème avec le minimalisme actuel, on voit ce que l'on veux voir, c'est trop facile, cela fait des objets propres qui pourraient aussi bien être accroché dans le salle d'attente de la DGSE que dans une cantine de maternel. L'art désengagé (que ce soit formellement ou politiquement) est potentiellement un objet dangereux. J'entends désengagé comme ce qui n'a pas été assez réfléchis (comme un miroir).



L’inconscient Collectif : Tablo fari kastoroj (Le tableau du faire des castors)
08/07/2017

Sur un échafaudage fragile, 2 castors parlent en espéranto, l'un doute de l'entreprise qu'ils sont en train de mener ...
Technique : dispositif incluant une construction fragile et deux systèmes audiovisuelles.
Médiums : bois, peinture pour tableau noir, feutre effaceur.
Dimensions : 4m. de longueur sur 2m. de largeur sur 4m. de hauteur.


différentes pistes de lecture :
Avant d'être un médiocre dessin animé, Père Castor à commencé sa carrière comme personnage principal d'une collection de livret peu cher destiné à tout les enfants. Créé dans l'entre-deux-guerres par Lida Durkidova et Paul Faucher, en rupture avec l'institution traditionnelle, ils suivent le courant de la pédagogie active qui fleurie dans de nombreux pays.
Mélange simple des langues indo-européenne, cela fait plus d'un siècle que l'espéranto existe. Elle aurait pu devenir la langue universelle, mais malgré des regroupements de visionnaires qui entretiennent le dialecte dans la plupart des capitales du monde, elle reste le langage d'un fantasme humaniste.


Article de Maxence Alcalde